Blog

You are here: Home → Archives → Category → Avis d’expert
mai 12, 2015

Etat de la route 2015

Source : L’USIRF,  http://www.usirf.com/etat-de-la-route-2014-659/

Le rapport d’activités Etat de la route 2015 est paru.

Cette édition recense les grandes données chiffrées de l’industrie routière, présente les grandes thématiques telles que la mobilité, la stratégie d’innovation, les métiers de l’industrie routière et les actions de l’USIRF.

Pour accéder au rapport :

http://www.usirf.com/wp-content/uploads/USIRF_EDLR2015_bd.pdf

jan 29, 2015

Nouveau guide : Plan de gestion du trafic, les formations à la gestion de crise routière

À la suite des dossiers 1 et 2, le guide méthodologique Dossier 3 répond à la commande de suppléments au guide méthodologique Plan de gestion du trafic interurbain publié en 2002 dans la partie : Les outils d’accompagnement des PGT.

Ce présent guide est la deuxième partie du Dossier 3, il est destiné aux acteurs et aux formateurs à la gestion des crises routières, il offre les outils nécessaires à la formation aux plans de gestion du trafic.

Pour télécharger le guide cliquez sur :

http://www.infra-transports-materiaux.cerema.fr/IMG/pdf/PGT_Dossier3_2_V4.pdf

Source : http://www.cerema.fr/nouveau-guide-plan-de-gestion-du-trafic-les-a594.html

 

déc 4, 2014

Conduire en hiver – Quizz VINCI Autoroutes, testez vos connaissances !

Nous sommes entrés dans l’hiver à grands pas, c’est  l’occasion pour Vinci Autoroutes de vous proposer un jeu pour le plaisir de tester vos connaissances.

En Hiver…

  • A quoi sert le sel ?
  • Pourquoi saler la route peut-il créer du verglas ?
  • Que doivent faire les poids lourds lors de fortes chutes de neige ?
  • Peut-on utiliser ses chaînes ?
  • Quelles sont les trois règles d’or à suivre ?
  • Comment s’informer en temps réel ?
  • Quels moyens sont mobilisés par Vinci Autoroutes ?

TOUTES LES REPONSES SUR : http://www.vinci-autoroutes.com/fr/hiver

Bonne journée et soyez prudents sur les routes !

 

 

oct 9, 2014

Fauchage Raisonné ….. Fauchage Différencié…Route et Développement durable

Paru sur le site http://www.gestiondifferenciee.be

Fauchage raisonné

L’objectif prioritaire de l’entretien des bords de routes est la sécurité des usagers. Maintenir la visibilité de la chaussée, des équipements, de la signalisation, garantir la lisibilité de la route, permettre l’arrêt sur le bas-côté,… sont des impératifs incontournables de la gestion des dépendances routières. Le bon fonctionnement technique de ces dépendances est également indispensable : l’évacuation des eaux de pluie, l’implantation des équipements routiers et de panneaux, l’accès riverain…

Ces impératifs de sécurité et de fonctionnalité peuvent cependant être facilement conciliés avec des fonctions écologiques et paysagères : l’importante surface représentée par ces linéaires et leur physiologie de corridor sont des atouts non négligeables pour faire de ces espaces des lieux d’accueil de la biodiversité, à condition que leur gestion soit appropriée.

Le fauchage raisonné et différencié des dépendances vertes routières est tout indiqué pour permettre l’expression du potentiel écologique de ces espaces, tout en garantissant la sécurité et l’optimisation des coûts d’entretien. Il comprend “un ensemble de bonnes pratiques destinées à rationaliser le fauchage en bord de route afin que les enjeux environnementaux et économiques soient pleinement intégrés dans la réalisation des objectifs de maintien de sécurité et de conservation du patrimoine routier.

Fauchage raisonné 2

Un entretien différencié le long de la route

Le fauchage intensif de l’ensemble du bord de route est une pratique très pénalisante pour la biodiversité, mais également coûteuse pour la collectivité.  Il engendre un couvert herbeux peu fleuri, d’un nombre d’espèces limité, dominé par les graminées. Il empêche aux espèces de fleurir, de fructifier et de disséminer leurs graines. Il favorise donc plutôt des plantes à stolons, à croissance rapide,  et opportunistes, comme les chardons.

En fonction de la zone où l’on se trouve et de son éloignement par rapport à la chaussée de circulation, il est tout à fait possible de différencier l’entretien. En plus de diversifier les milieux en présence, cela permet une optimisation des tâches et donc des coûts.

La bande de sécurité

Fauchage raisonné 3

 

Elle est immédiatement accolée à la chaussée, et constitue une largeur d’environ 1,50m. Elle doit être absolument coupée de façon régulière. Plus on se trouve près de la chaussée, plus la contrainte de sécurité est forte. On utilise généralement une roto-faucheuse. De même les abords des panneaux doivent être dégagés pour une bonne visibilité de ceux-ci.

 

 

Le fossé

Il présente une fonction hydraulique prioritaire d’écoulement des eaux. Si l’on favorise son enherbement pour permettre une meilleure filtration des polluants, ainsi qu’une régulation du débit et le maintien des sols, il ne doit pas être envahi de végétation au risque d’être obstrué, et de ne plus pouvoir assurer ses fonctions. Il est donc fauché de façon régulière. Des objectifs de biodiversité peuvent être intégrés à sa gestion, pourvu que l’on les concilie avec ses fonctions pré-citées.

Les talus

Ils sont suffisamment éloignés de la route pour que la hauteur de l’herbe ne constitue pas une gêne pour l’usager. Un entretien minimal est donc préconisé, pour éviter un envahissement par des broussailles. Le talus végétalisé est beaucoup plus stable qu’un talus laissé à nu soumis à l’érosion. En outre, les talus sont propices à la conservation des qualités écologiques et paysagères des dépendances routières, l’impératif de sécurité étant moins fort.

Pour les fossés et les talus, on utilise généralement une faucheuse-débroussailleuse à bras articulé, plus coûteuse mais adaptée à toutes les situations.

fauchage raisonné 4

Des milieux intéressants pour la flore et la faune

Les infrastructures sont facteurs de fragmentation et de coupure des paysages et des milieux naturels. Cependant, leurs abords peuvent jouer le rôle de compensation en étant gérés correctement. Avec une gestion adéquate, ces espaces revêtent un véritable intérêt écologique, notamment en matière de corridor. Ceci est encore plus vrai dans les milieux agricoles où la biodiversité a été chassée par les remembrements, la suppression des haies, l’emploi intensif des produits chimiques et la mécanisation. Les espèces trouvent alors souvent refuge sur les dépendances routières. De nombreuses études constatent la présence d’espèces rares et protégées sur ces espaces. Dans certains territoires, on ne trouve plus ces espèces que sur les dépendances routières ! Les bords de route sont donc des habitats naturels  qu’il faut préserver et développer. Les services rendus à l’homme par la biodiversité locale ne sont plus à démontrer : stabilisation des populations d’insectes ravageurs, maintien de la fertilité et de la qualité des sols, limitation des pollutions en provenance de la route…

Une attention particulière doit être pratiquée au niveau des plantes invasives qui apprécient les sols perturbés et se développent donc facilement en bord de route. Un inventaire des zones contaminées doit permettre par la suite de prendre des mesures appropriées de traitement.

Fauchez raisonné !

L’idéal est toujours de prendre en compte l’entretien dès le moment de la conception d’un projet (infrastructures neuves ou réhabilitation). Les services chargés de l’entretien devraient être associés aux réflexions en amont des projets, afin de minimier et de faciliter les futures charges d’entretien, tout en s’assurant de la cohérence des interventions avec des enjeux environnementaux.

Par exemple, privilégier un revêtement minéral au pied des glissières et des panneaux pour limiter le fauchage sous ces équipements, prévoir des emprises en fonction du passage des engins d’entretien, choisir des essences végétales adaptées aux conditions, etc…

Dans l’objectif de limiter l’usage de produits phytosanitaires, on privilégiera par exemple le paillage ou le revêtement minéral limitant la pousse de l’herbe sur les endroits où elle est indésirable. On évitera aussi de planter dans les endroits difficiles d’accès, et on préférera les solutions mécaniques et les techniques aternatives au désherbage chimique.

Il est essentiel de bien connaître son patrimoine routier, car la politique de fauchage sera fonction du milieu considéré et de ses contraintes propres. En fonction des contraintes de sécurité, de la réglementation, de la présence d’espaces naturels sensibles ou à fort enjeu écologique, de la présence d’espèces invasives, … la stratégie sera différente et adaptée.

En fonction de ces informations, puis des objectifs de gestion fixés, un plan d’intervention est établi :  zones à faucher, calendrier de fauchage, niveaux de service à assurer, moyens matériels et humains…

La hauteur de coupe est un facteur déterminant sur les résultats écologiques du fauchage raisonné.  En comparaison, une hauteur de fauche entre 8 et 15 cm, favorise la biodiversité, limite les adventices, réduit l’érosion des sols et régule l’écoulement des pluies, limite l’usure des outils, modère la consommation de carburant des engins par une mobilisation de puissance moindre. A contrario, une fauche en deça de 8 cm, détruit les biotopes, favorise l’envahissement par des espèces indésirables et opportunistes, augmente la vitesse de repousse des végétaux donc nécessite d’intervenir plus fréquemment, induit un ruissellement plus important à cause d’un sol plus compacté et érodé, augmente les risques de projections de débris et d’usure des outils, augmente la consommation de carburant.

Les périodes et fréquences de fauche sont également déterminantes. Il vaut mieux faucher au moment de la formation des épis, ainsi l’herbe repousse moins vite,  et l’épi ne se reforme pas dans la saison. Faucher trop tôt ne permet donc pas de limiter la repousse, au contraire, elle la stimule ! En dehors de la bande de sécurité, où le fauchage sera plus régulier au regard des impératifs de sécurité, les autres zones seront donc fauchées tardivement.

 

 

sept 30, 2014

Vous avez dit « Réhabilitation de l’uni longitudinale » ? Nouveau ! Un guide rédigé par le groupe national des caractéristiques de surface de l’IDRRIM vient de paraitre

Uni

Au sens routier du terme, l’uni (longitudinal) est l’ensemble des irrégularités ou défauts de surface que va rencontrer un véhicule sur une chaussée lors de son roulage. Ces défauts sont conventionnellement situés dans une gamme de longueur allant de 50 cm à 50 m.

L’évaluation de la qualité d’uni repose sur un relevé du profil longitudinal de la chaussée au moyen de l’appareil de mesure LPC « Analyseur de profil en long » (APL) et d’une quantification de la qualité de l’uni dans un système de notation par bandes d’onde (NBO) sur une échelle de 0 (très mauvais uni) à 10 (excellent uni).

La qualité de l’uni longitudinale est un facteur essentiel visant à améliorer la sécurité et le confort des usagers de la route. Comme la majeure partie des activités de l’exploitation et de l’entretien d’un réseau routier, sa stratégie de renouvellement a connue des évolutions visant à passer de travaux neuf à des travaux de réhabilitation.

Nouveau ! Un guide rédigé par le groupe national des caractéristiques de surface de l’IDRRIM vient de paraitre. Ainsi sont présentés leur recommandations dans la mise en œuvre de ces opérations de réhabilitation.

Pour en savoir plus :

http://www.cerema.fr/le-guide-uni-longitudinal-etat-de-a402.html

sept 5, 2014

AGT, intégrateur référent pour le déploiement de solutions décisionnelles dans les Collectivités

Les collectivités locales exercent une multitude de métiers, chacun nécessitant des applications particulières. L’utilisation de solutions informatiques et numériques est devenue indispensable pour rationaliser et dématérialiser les processus et ainsi simplifier le travail des agents.

Disposer d’un système d’information de qualité est une condition nécessaire pour être performant et assurer le partage des données car c’est une question stratégique qui touche à l’ensemble de l’organisation.

L’augmentation des volumes de données à traiter et à analyser nécessite d’intégrer à son système d’information, une solution décisionnelle permettant de collecter, de consolider et de restituer les données sous la forme d’indicateurs donnant au décideur une vue d’ensemble de son activité.

Atout majeur de toute stratégie de pilotage et d’optimisation, une solution décisionnelle déployée au sein d’une Collectivité doit cependant respecter certains prérequis :

  • Facilité de paramétrage et d’utilisation
  • Intégration au système d’information initial et respect des prérequis de sécurité informatique
  • Posséder un coût d’investissement prenant en compte les contraintes financières des collectivités.

Né de la volonté de casser le monopole de méga-fournisseur en plaçant les besoins des clients au centre de leur préoccupation, la solution Penthao est devenue un acteur incontournable des solutions décisionnelles.

Pentaho est une plate-forme décisionnelle open source répondant aux nouveaux besoins du Business Intelligence :

Une couverture globale des fonctionnalités de la Business Intelligence :

  • ETL (intégration de données),
  • Reporting,
  • Tableaux de bord (« Dashboards »),
  • Analyse ad hoc (requêtes à la demande),
  • Analyse multidimensionnelle (OLAP) ;

Une architecture Web 2.0 facilitant son exploitation qui se compose :

  • d’un serveur Web J2EE permettant de mettre à disposition l’ensemble des ressources décisionnelles et ceci au travers d’URL Web uniques et standardisées,
  • plusieurs clients riches permettant la conception et la publication des ressources.

Reconnue pour être une solution d’une grande qualité conceptuelle et technique, Pentaho intègre le système décisionnelle d’acteur privé ou public tel que l’Aéroport Internationale de Bruxelles.

Solution  très «ouverte», Penthao correspond aux besoins de transversalité et de mutualisation des Collectivités par son ergonomie, sa simplicité de déploiement et d’utilisation. Elle ne nécessite pas de création d’univers spécialisés a contrario de solutions présentes sur le marché.

Conscient de sa richesse fonctionnelle, AGT a entrepris depuis un an l’intégration de Penthao à sa solution de pilotage AGT Collectivités.

L’outil présente des avantages indiscutables : Full web, simple, nécessitant aucun investissement de licence et d’une grande richesse fonctionnelle.

Fort de son expertise Pentaho, AGT se positionnera résolument comme l’intégrateur référent pour le déploiement de solutions décisionnelles dans les Collectivités.

Pour plus d’informations sur Pentaho :

http://www.pentaho.fr/explore/

 

 

août 5, 2014

Viabilité Hivernale (VH) et réchauffement climatique

La période de viabilité hivernale est un des temps forts de l’exploitation des routes. Mobilisant des quantités importantes de ressources humaines et matérielles, elle représente un poste de dépense important au sein des directions des routes et des voiries.

La saison hivernale 2013/2014 a été marquée par une clémence confirmant l’ensemble des études réalisées depuis ces derniers années mettant en lumières les évolutions des modèles climatiques.

Les hivers rigoureux font-ils partis du passé ?…. Certains l’ont évoqué et certaines collectivités pourraient être amenées à diminuer les ressources allouées  à cette activité.

Bien que le réchauffement climatique impacte la période hivernale, les dernières études laissent à penser que cette mutation entrainera de nouvelles difficultés pour les Collectivités.

Certes, le nombre d’occurrence de chutes de neige sera moindre. Néanmoins, les analyses montrent que les épisodes neigeux seront toujours présents mais deviendront plus intenses et plus soudains.  Ainsi, pour le gestionnaire de réseau routier,  les difficultés se déporteront sur les prévisions météo et donc l’anticipation.

Outre ces difficultés de prévision, ces évolutions climatiques impacteront les stratégies de traitement des collectivités :

A court terme :

– Principalement de nature économique. Comment gérer les contrats de sous- traitance ?

– Comment prévoir le stock de fondants routiers ? Les fondants routiers, selon la terminologie adoptée par les exploitants, agissent soit en évitant la congélation de l’eau sur la chaussée, soit en faisant fondre suffisamment de glace ou de neige après raclage pour que le trafic puisse brasser la neige et l’évacuer.

– La gestion Ressources Humaines de la VH : Astreinte / Formation du personnel

A long terme :

– Comment gérer les outils de viabilité hivernale ?

– Doit-on acheter un véhicule dédié à la VH ?

– Les outils d’aide à la décision sont-ils adaptés ?

Outre ces nouvelles difficultés liées aux ressources, les collectivités devront également faire face à des évolutions dans la nature des épisodes neigeux.

Les deux nouvelles difficultés liées à l’augmentation de la température seront les suivantes :

– La création de surfaces de chaussées verglacées en raison des différences de température

– La transformation d’une neige sèche en neige humide

L’augmentation constante du trafic routier et l’importance donnée à l’information à l’usager entrainera pour le responsable VH de nouvelles contraintes.

Pour sensibiliser les Collectivités et leur permettre de s’adapter à ces évolutions, une note de synthèse du comité technique dédié à la Viabilité Hivernale de l’AIPCR, éditée en 2013, met en lumière l’impact du réchauffement climatique sur les stratégies climatiques.

Loin de reléguer au passé nos hivers, cette note met en évidence la nécessité pour tous gestionnaires de réseaux de posséder des outils de pilotage leur permettant d’anticiper, de prendre les bonnes décisions et de bien gérer dans le respect des objectifs fixés.

AGT Collectivités,

Solution d’Optimisation de la VH.

VH